Si l’Évangile avait raison

From CollectiveReason
Jump to: navigation, search

[original French]

Pierre LEROUX

"SI L’Évangile AVAIT RAISON"


Et si Jésus avait raison !

Si la loi de l'homme n'était pas la loi des plantes et des animaux!

Si l'humanité n'entrait pas dans ce qu'on appelle les trois règnes de la nature!

Si l'humanité formait un quatrième règne, où cette nécessité de s'étouffer et de s'entre‑dévorer n'existât point!

Si le mode de nutrition de l'homme par l'homme était purement spirituel!

Si l'homme pouvait se nourrir spirituellement de son semblable avec profit pour l'un et l'autre!

Si l'homme et son semblable étaient au fond le même homme. Si tous les hommes ne formaient qu'un seul homme, une seule humanité!

Si l'homme, ainsi conscient de sa nature, rendu à sa nature, pratiquant sa nature, devait devenir supérieur à ce qu'on appelle la nature!

S'il devait fouler aux pieds ce serpent de la destruction, ce python, ce satan, au nom duquel les malthusiens asphyxient les nouveau-nés du genre humain!

Si les savants, qui parlent proportions et nombres, et qui opposent la progression de la population en raison géométrique à la progression de la subsistance en raison arithmétique, avaient oublie de considérer la progression très géométrique du capital, qui se place comme un mur d'airain entre le besoin qu'a l'humanité de se développer et la faculté qu'elle a de le faire!

Si c'était le capital lui-même qui était la cause du manque de subsistance!

Si le capital, en faisant de la production le monopole de quelques-uns, empêchait la production !

Si, avec un autre mode d'organisation, la production devait s'augmenter en proportion de la population !

Si, en outre, la véritable loi de la population n'était pas celle que les savants observent, soit chez les riches, soit chez les pauvres !

Si l'humanité, rendue à sa vraie nature, connaissait les lois de l'organisation humaine, et pouvant les suivre, devait offrir dans son accroissement une autre proportion que celle qu'on lui suppose !

Si l'intention du Créateur sur l'humanité en plaçant l'humanité au plus haut rang de ses ouvrages, et comme dit la Bible, en faisant l'homme après tous ses autres êtres, avait été de proportionner la véritable multiplication du genre humain aux moyens de subsistance que la nature spirituelle de cette humanité, en organisant cette humanité, fournirait à cette humanité !

Si la loi de Dieu différait ainsi de ce que les économistes athées appellent la loi de la Nature !

Si Dieu était plus grand, plus puissant, plus miséricordieux qu'ils ne pensent !

Si Dieu existait !

Si les athées économistes, en le niant prouvaient seulement l'inanité de leurs pensées !

Si le mot de la Bible était vrai. Dixit insipiens in corde suo : Non est Deus ; c'est-à-dire : l'homme ayant nié Dieu, Dieu par là même s'est retiré de lui, il est devenu insensé !

Oh! les hommes portent la mort dans leur sein, et ils s'effraient de la mort ! Ils la produisent : comment ne les effraierait-elle pas !

Ils portent la mort dans leur sein, en effet, ceux qui, n'aimant pas les hommes, créent ce qui détruit l'espèce humaine.

Ils s'en prennent à la Nature, qu'ils s'en prennent à eux-mêmes. A nous de retourner contre eux la parole qu'Homère prête à Jupiter!

Non, encore une fois, la religion n'a pas menti, non l'Evangile n'est pas faux.

Ce qui est faux, ce qui est pernicieux, ce qui est coupable, ce qui ôte à l'Humanité ses ressources, ce qui fait qu'elle est aujourd'hui réduite aux abois, et que les gouvernements des nations civilisées n'ont pas d'autre fonction, en réalité, que d'exécuter avec le plus de décence possible ce que les sauvages de Sparte appelaient la chasse aux Ilotes, de procurer la mort des hommes, d'arrêter le progrès naturel de la population humaine et de détruire dans leur germe les générations qui devraient naître, ce qui tue l'Humanité, ce qui l'empêche d'être et de se développer, d'obéir au précepte divin : Croissez et multipliez et remplissez la terre, ce qui couvre cette terre de vol et de prostitution, d'homicides et de ravages, ce qui produit tous les tourments de l'âme et alimente l'enfer où la race humaine est brûlée, ce qui est le mal, en un mot, et tous les maux ensemble, c'est l'égoïsme condamné par l'Evangile, c'est l'abus de la propriété, c'est la fausse propriété, c'est la propriété coupable, c'est la propriété usurpatrice, c'est la propriété des économistes, c'est le Capital.

Oh ! je le crois bien que les économistes du Capital et de l'Usure doivent s'effrayer du sort où est réduite l'Humanité !

Us commencent par admettre la destruction, et ils s'étonnent ensuite des effets de la destruction, du manque de subsistance ! Ils commencent par admettre l'égoïsme comme base de la propriété, et ils s'étonnent ensuite que la bonté de Dieu ait pour l'Humanité ainsi déchue de si étroites limites! Us commencent par admettre, en un mot, tout ce que l'Evangile condamneT et ils triomphent ensuite de l'Evangile, et sérient de ses promesses ! Mais c'est là une absurde pétition de principes, et un outrage au principe même qu'ils invoquent sans le comprendre, le principe de la propriété.

Nous combattons contre une doctrine impie, monstrueuse, immorale, destructrice de l'Humanité. Nous avons commencé à lui opposer l'Evangile; nous lui opposerons, la tradition constante du Christianisme. L'Economie politique telle qu'elle est comprise et enseignée , c'est l'Egoïsme couronné. Il faut que les âmes se décident entre la Charité et l'Egoïsme, entre le Christianisme et le Capital. Jésus a dit : « Nul ne peut servir deux maîtres. Vous ne » pouvez servir Dieu et Mammon. »

[English translation]

Pierre Leroux

"What if the Gospel was right"


And if Jesus was right!

If the law for man was not the law of plants and of animals!

If humanity did not enter into what one calls the three kingdoms of nature!

If humanity formed a fourth kingdom, where that necessity to smother and devour one another did not exist!

If the mode of nutrition of man by man was purely spiritual!

If man could nourish himself spiritually from his fellows with equal profit for all!

If man and his fellows were at base the same man. If all men formed only one single man, one single humanity!

If man, thus conscious of his nature, restored to his nature, praticing his nature, should become superior to what one calls nature!

If he should trample underfoot that serpent of destruction, that python, that satan, in whose name the malthusians asphyxiate the new-born of the human species!

If the scientists, who speak in proportions and numbers, and who oppose the geometric progression of the population to the arithmetic progression of its subsistance, had forgotten to consider the geometric progression of capital, which places itself like a wall of brass between the need of humanity to develop itself and the faculté that it has to do so!

If it was capital itself which was the cause of the lack of subsistance!

If capital, by making production the monopoly of a few, hindered production!

If, with another mode of organization, production should be augmented in proportion to population!

If, besides, the true law of population was not the one that the scientists observe, either among the wealthy or among the poor!

If humanity, restored to its true nature, understood the laws of human organization, and being able to follow them, should offer in its growth another proportion than that which is supposed of it!

If the intention of the Creator for humanity in placing humanity at the highest rank of his works, and as the Bible says, making man after all his other beings, had been to proportion the real multiplication of the human species to the means of subsistance that the spiritual nature of that humanity, in organizing that humanity, furnished to that humanity!

If the law of God differed thus from what the atheistic economists call the law of Nature!

If God was greater, more powerful, more merciful than they think!

If God existed!

If the atheistic economists, by denying him only proved the inanity of their thoughts!

If the word of the Bible was true. Dixit insipiens in corde suo: Non est Deus; which is to say: man having denied God, God consequently withdrew from him, he has become insane!

Oh! Men carry death within them, and they are afraid of death! He produces it: how would he not fear it!

They carry death within them, indeed, those who, not loving men, create that which destroys the human species.

They attack Nature, but they attack themselves. It's up to us to turn against them the words that Homer attributed to Jupiter!

No, one more time, religion has not lied, and, no, the Gospel is not false.

What is false, what is pernicious, what is culpable, what takes away the resources of Humanity, that which makes that it is today brought to bay, and that the governments of the civilized nations have no other function, in reality, but to execute with the most decency possible what the savages of Sparta called the hunt of the helots, to bring about the death of men, to arrest the natural progress of the human population and to destroy in their germ the generations that should be born, that which kills Humanity, that which prevents it from being and developing, from obeying the divine precept: Increase and multiply and replenish the earth, that which covers the earth with robbery and prostitution, with homicides and ravages, which produces all the torments of the soul and feed the fire where the human race is burned, that which is the evil, in a word, and all the evils together, is the egoism condemned by the Gospel, it is the abuse of property, it is false property, it is guilty property, it is usurping property, it is the property of the economists, it is Capital.

Oh! I will believe that the economists of Capital and of Usury must be scared of the lot to which Humanity is reduced!

They begin by accepting destruction, and then they are astonished by the effects of the destruction, by the lack of subsistance! They begin by accepting egoism as the basis of property, and then they are astonished that the kindness of God has, for Humanity, waned thus within such narrow limits! They begin by accepting, in short, all that the Gospel condemns and then they triumph over the Gospel, and separate from its promises! But that is an absurd begging of the question, and an outrage to the very principle that they evoke without understanding, the principle of property.

We battle against a doctrine that is impious, monstrous, immoral, destructive of Humanity. We have begun to oppose the Gospel to it; we will oppose to it the constant tradition of Christianity. Political economy as it is understood and taught, is Egoism crowned. Souls must decide between Charity and Egoism, between Christianity and Capital. Jesus has said: "No one can serve two masters. You cannot serve God and Mammon."

Personal tools